Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon Blog Et Moi

  • : Mel
  • Mel
  • : Blog geek, sexy et gourmand qui parle surtout de lectures fantasy, SF, romans, jeunesse, de figurines japonaises (mes coups de coeur seulement), de loisirs créatifs (coloriage, dessin...), de jeux (société, vidéo) et de recettes sucrées... Bonne visite!
  • Contact

Je Cherche

12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 13:08
La joie de vivre d'Emile Zola - 508 pages dans cette édition Le Livre de Poche de juin 2005

La joie de vivre d'Emile Zola - 508 pages dans cette édition Le Livre de Poche de juin 2005

Près d’Arromanches, dans la maison du bord de mer où ils se sont retirés après avoir cédé leur commerce de bois, les Chanteau ont recueilli Pauline, leur petite cousine de dix ans qui vient de perdre son père. Sa présence est d’abord un surcroît de bonheur dans le foyer puis, autour de l’enfant qui grandit, les crises de goutte paralysent peu à peu l’oncle Chanteau, la santé mentale de son fils Lazare se dégrade, l’héritage de Pauline fond dans les mains de ses tuteurs, et le village lui-même est rongé par la mer.

🌊 La joie de vivre est le douzième tome des Rougon-Macquart de Zola. L'histoire est celle de Pauline, fille unique de Lisa Macquart (première fille d'Antoine) qui tenait avec son mari Quenu une charcuterie dans Paris.

A la mort de ses parents, Pauline âgée d'une dizaine d'années, est recueillie et grandit auprès de la famille Chanteau, des cousins de son père, à Bonneville, près d'Arromanches. Elle tombe amoureuse de son cousin Lazare, de neuf ans son ainé.

Malgré la joie de vivre de Pauline, la vie à Bonneville est d'une tristesse poussée à l'extrême. Le père Chanteau est atteint de la goutte (excès d'acide urique dans le sang causant des rhumatismes des articulations) et ses crises que rien ne soulage, ponctuent de douleur la vie de la famille. La mère Chanteau dilapide la fortune initiale de Pauline. Lazare est atteint de troubles bipolaires, menant des projets de grande ampleur par moment et sombrant dans sa peur de la mort et l'ennui par d'autres... La mer finit d'achever les villageois en défonçant leurs habitations. Cela continue tout le long du roman jusqu'à la fin.

📖 C'est un beau livre mais très dur et très triste, du Zola assurément.

La joie de vivre

Partager cet article

Repost 0

commentaires