Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon Blog Et Moi

  • : Mel
  • Mel
  • : Blog geek, sexy et gourmand qui parle surtout de lectures fantasy, SF, romans, jeunesse, de figurines japonaises (mes coups de coeur seulement), de loisirs créatifs (coloriage, dessin...), de jeux (société, vidéo) et de recettes sucrées... Bonne visite!
  • Contact

Je Cherche

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 13:44

On a beaucoup écrit sur FFXIII un peu partout sur le Net. Les nombreuses critiques négatives, même si elles n'affaiblissaient pas la note finale des sites pro, m'avaient même coupé l'envie de me procurer ce soft...

Mais voilà, j'ai craqué.

Ce qui suit n'est qu'un avis de plus sur ce jeu, de la part de quelqu'un qui avait adoré le 7, aimé le 9, un peu moins les autres, détesté le 12, et qui attendait beaucoup d'un RPG nouvelle génération sur PS3.

 

logo_ff13.jpg

 

Le constat est plutôt amer et mon titre résume bien le sentiment ressenti durant le jeu, surtout une fois celui-ci terminé : la frustration.

 

- le jeu est incroyablement bavard. Non pas qu'il raconte une histoire magnifique ou quoi que ce soit ! C'est juste que le jeu s'arrête toute les dix minutes pour nous imposer les dialogues niais et gonflants de personnages creux, stéréotypés, froids et sans aucun charisme. Pas de réelle mise en scène durant ces longues phases, juste du bla-bla qu'on suit en baillant.

 

- on parle de "character design" pour être gentil, mais "accoutrement ridicule" conviendrait mieux aux persosnnages Mais abattez-moi le type responsable de ce look ! Mention spéciale au pagne en fourure de Vanille, porté uniquement sur les fesses.

 

- les vingt à trente premieres heures relèvent presque du supplice tellement c'est linéaire et limitatif. Un tutorial qui s'étale à n'en plus finir, espérant peut-être nous faire croire que le jeu a un système de jeu complexe (il n'en est rien). Tout le monde a déjà lu ça. On attend donc tout ce temps pour avoir enfin la "liberté" sur les plaines de Pulse. Hélas le jeu se résume alors à un environnement pas si grand que ça où la seule liberté consiste à courir d'une mission à l'autre, chacune revenant à butter un gros monstre... Jusqu'à-ce qu'on décide de reprendre le fil du scénario et de retrouver des couloirs jusqu'à la fin du jeu.

 

- le système de combat est le plus nul que je connaisse. Un seul perso de jouable, comme dans FF12. Pouah ! Mais sauf qu'ici il vaudra mieux laisser la console choisir les actions de son seul bonhomme : elle fera aussi bien que nous, si ce n'est mieux, mais surtout plus vite, ce qui est important puisque les combats se font en temps réel. Les combats se résument donc au bout d'un moment à une alternance de stragégies offensives et défensives, où on attend d'appuyer sur X pour valider le choix du jeu. Particulièrement chiant puisque les derniers combats sont looooongs.

 

- le système d'amélioration relève plus de l'arnaque que d'une réelle recherche. La progression est bridée par des niveaux d'évolution qui ne se débloquent qu'après certains boss. Le comble du ridicule étant que le dernier niveau n'est atteint qu'après la fin du jeu. Impossible donc de battre les monstres les plus forts du jeu (les dernières missions) avant de reprendre sa sauvegarde de fin. On accumule donc les XP pour que dale. Surtout qu'arrivé à ce stade on laisse tomber, rien à foutre de battre quelques gros tas de plus !

 

- les personnages se définissent avec 3 caractéristiques : Force, Magie et Points de Vie... On me l'aurait dit avant je ne l'aurais pas cru.

 

- le système d'amélioration des armes est une farce sans logique. On crame plein d'objets trouvés sur les monstres, et son arme devient plus forte. On la transforme, on recommence... et on est vite bloqué puisque il faut des objets rares réservés aux gagnants du loto.

 

- absence complète de PNJ, de villes, de quêtes annexes. Les méchants sont inexistants. On en croise un ou deux qui disparaissent dans l'arrière-plan scénaristique tout de suite. Le gros méchant principal (le pape) revient trois fois, et le boss de fin est un gros vitrail ridicule. Nuuul !

 

- le scénario, ralenti par le bla-bla et les états d'âmes des personnages, peine à intéresser réellement. Mais ne vous investissez pas trop dans l'histoire sinon la fin risque d'être rude : pathétique, scénaristiquement pas crédible, niaise au possible, c'est le comble de la nullité

 

- les musiques sont au mieux dignes d'un ascenceur, au pire totalement insuportables (dont celle des combats, horrible). Ce bruitage vaguement symphonique nous oblige à jouer avec un volume sonore bas pour ne pas se faire insulter par l'entourage.

 

- Tout à jeter ? Non, le jeu est beau. Voilà. C'est beau et nul. Comme les gros films d'aujourd'hui.

 

- C'est donc le plus nul des FF, ou plutôt : ce n'en est pas un. Ce n'est peut-être même pas un RPG.

 

Conclusion :

Si vous n'avez pas encore craqué pour ce "jeu", jetez-vous sur Resonance of Fate !!

Partager cet article

Repost 0
Published by Titou - dans Jeux Vidéo PS3
commenter cet article

commentaires