Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon Blog Et Moi

  • : Mel
  • Mel
  • : Blog geek, sexy et gourmand qui parle surtout de lectures fantasy, SF, romans, jeunesse, de figurines japonaises (mes coups de coeur seulement), de loisirs créatifs (coloriage, dessin...), de jeux (société, vidéo) et de recettes sucrées... Bonne visite!
  • Contact

Je Cherche

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 17:19

Est le troisième bouquin de Cormac McCarthy que j’ai lu. On peut le trouver en poche aux éditions Points pour 6 euros et quelques centimes. C’est un court roman de 170 pages environ.

 

unenfantdedieu.jpg

 

Ce petit roman m’a fait penser à Suttree ( Suttree ) car c’est un peu le même style d’écriture mais en plus cru et au Parfum de Patrick Süskind pour son côté tueur en série complètement fou et tordu, perdu et seul aussi, dans sa vie et sa déchéance. Le personnage principal du nom de Lester Ballard est un taré, on le suit dans ses actions et réflexions et les horreurs qu’il sera capable de réaliser vont en crescendo tout le long du roman. C’est un pauvre type.

L’histoire est découpée en petits chapitres qui correspondent à des anecdotes sur Lester, à ses réflexions, sa folie, ses pulsions. C’est effectivement un roman noir comme cela est écrit sur la couverture, mais il est très plaisant à lire.

 

« A quel moment Lester est-il devenu un monstre ? Chassé de chez lui, il erre dans les montagnes comme un charognard guettant ses proies. Ses raisonnements se simplifient, les actes laissent place aux pulsions et ses gestes deviennent ceux d'un animal traqué. Un monologue où se mêlent insultes et sanglots s'élève dans sa grotte peuplée de cadavres ; le grognement à peine humain d'un enfant de Dieu. »

C'est sans doute son innocence monstrueuse qui fait du héros de Cormac McCarthy un serial killer d'une espèce singulière, dont on accompagne presque malgré soi la descente aux enfers, de la misérable maison où il vit à l'écart du monde jusqu'aux grottes où il entrepose les cadavres de ses victimes. Tant il est difficile d'imaginer plus grand dénuement, plus périlleuse inconscience et, surtout, plus terrible solitude.

 

Un enfant de Dieu – comme vous et moi – dira l’auteur, pourquoi ce titre ? Car Lester montre qu’il n’est plus un enfant par bien des manières, et de Dieu encore moins car il se retrouve bien seul face à sa folie meurtrière et ses pulsions contre nature.

 

unenfantdedieu--2-.jpg

 

C’est un bouquin qui se lit bien. Mais j’ai préféré Suttree qui est plus long, plus travaillé plus profond et tout aussi marquant voire plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mel - dans Lectures
commenter cet article

commentaires