Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mon Blog Et Moi

  • : Mel
  • Mel
  • : Blog geek, sexy et gourmand qui parle surtout de lectures fantasy, SF, romans, jeunesse, de figurines japonaises (mes coups de coeur seulement), de loisirs créatifs (coloriage, dessin...), de jeux (société, vidéo) et de recettes sucrées... Bonne visite!
  • Contact

Je Cherche

25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 19:56
Germinal d'Emile Zola - 608 pages - éditions Le livre de poche - 4 euros

Germinal d'Emile Zola - 608 pages - éditions Le livre de poche - 4 euros

Voici, dans la France moderne et industrielle, les " Misérables " de Zola. Ce roman des mineurs, c'est aussi l'Enfer, dans un monde dantesque, où l'on " voyage au bout de la nuit ". Mais à la fin du prodigieux itinéraire au centre de la terre, du fond du souterrain où il a vécu si longtemps écrasé, l'Homme enfin se redresse et surgit dans une révolte pleine d'espoirs.
C'est la plus belle et la plus grande œuvre de Zola, le poème de la fraternité dans la misère, et le roman de la condition humaine.

🗻 Germinal, treizième tome de la série des Rougon-Macquart de Zola, met en scène Etienne Lantier, le deuxième fils de Gervaise Macquart, après Claude. Ce sont les enfants qu'elle a eu avec Auguste Lantier, ce dernier les abandonne au début de ses aventures dans l'Assommoir.

💣 De Germinal, j'en avais le souvenir d'un livre chiant et d'un film qui ne m'avait pas plu avec Renaud... Belle erreur car c'est un très beau roman mais bien triste. Bourré de réalisme, d'injustices (toujours d'actualité) et de misère humaine (hélas aussi), on plonge avec Etienne dans l'enfer des souterrains, l'amour d'une famille (les Maheu) puis l'euphorie de la révolte et enfin une telle famine, que la mort est souhaitée comme une libération 😭

Germinal
Repost 0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 13:08
La joie de vivre d'Emile Zola - 508 pages dans cette édition Le Livre de Poche de juin 2005

La joie de vivre d'Emile Zola - 508 pages dans cette édition Le Livre de Poche de juin 2005

Près d’Arromanches, dans la maison du bord de mer où ils se sont retirés après avoir cédé leur commerce de bois, les Chanteau ont recueilli Pauline, leur petite cousine de dix ans qui vient de perdre son père. Sa présence est d’abord un surcroît de bonheur dans le foyer puis, autour de l’enfant qui grandit, les crises de goutte paralysent peu à peu l’oncle Chanteau, la santé mentale de son fils Lazare se dégrade, l’héritage de Pauline fond dans les mains de ses tuteurs, et le village lui-même est rongé par la mer.

🌊 La joie de vivre est le douzième tome des Rougon-Macquart de Zola. L'histoire est celle de Pauline, fille unique de Lisa Macquart (première fille d'Antoine) qui tenait avec son mari Quenu une charcuterie dans Paris.

A la mort de ses parents, Pauline âgée d'une dizaine d'années, est recueillie et grandit auprès de la famille Chanteau, des cousins de son père, à Bonneville, près d'Arromanches. Elle tombe amoureuse de son cousin Lazare, de neuf ans son ainé.

Malgré la joie de vivre de Pauline, la vie à Bonneville est d'une tristesse poussée à l'extrême. Le père Chanteau est atteint de la goutte (excès d'acide urique dans le sang causant des rhumatismes des articulations) et ses crises que rien ne soulage, ponctuent de douleur la vie de la famille. La mère Chanteau dilapide la fortune initiale de Pauline. Lazare est atteint de troubles bipolaires, menant des projets de grande ampleur par moment et sombrant dans sa peur de la mort et l'ennui par d'autres... La mer finit d'achever les villageois en défonçant leurs habitations. Cela continue tout le long du roman jusqu'à la fin.

📖 C'est un beau livre mais très dur et très triste, du Zola assurément.

La joie de vivre
Repost 0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 09:00
Au bonheur des dames - 544 pages dans cette édition au Livre de poche

Au bonheur des dames - 544 pages dans cette édition au Livre de poche

😊 Au Bonheur des dames de Zola est le onzième tome de sa série Les Rougon-Macquart et fait partie de mes préférés, avec l'Assommoir et la faute de l'Abbé Mouret pour l'instant.

Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s’amoncellent, éblouissants, délicats. Tout ce qu’une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d’enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace.

Le livre reprend le personnage d'Octave Mouret, présenté dans Pot-Bouille. Mais l'accent est mis sur la femme et particulièrement Denise arrivant de Valognes, "petite mère" de ses deux frères. Tout juste orphelins suite à la mort du père, ils arrivent à la capitale chez leur oncle Baudu, qui tient avec sa femme, sa fille et son futur gendre, un petit commerce de linges.

Mais rien ne va dans le quartier car le commerce se modernise et le Bonheur des Dames, dirigé par Octave Mouret prend de plus en plus d'ampleur, tuant à petit feu les petites boutiques, par sa diversité de produits, ses prix bas, ses promos alléchantes qui savent séduire les femmes.

Les femmes sont consommatrices, même quand elles n'ont besoin de rien et ainsi va la vie dans ce Paris de fin de 19ème siècle...

J'ai mis quelques heures à le lire, certes certains passages descriptifs sont longs et infinis mais la romance entre Denise et Mouret est si belle ❤️

Au Bonheur des Dames
Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 20:57
Pot-Bouille

Pot-Bouille est le dixième tome de la série des Rougon-Macquart 😋

Résumé (510 pages)

Octave Mouret, aîné des enfants, Serge et Désirée, de Marthe et François Mouret, arrive à Paris, où il compte faire fortune. Il emménage rue de Choiseul, dans un bel immeuble bourgeois. Il trouve du travail dans une boutique de mode. Témoin des multiples intrigues que la maison cache, Octave entend bien, lui aussi, profiter de la beauté de ces parisiennes et réussir grâce à ses liaisons. Il essaie, successivement, avec plus ou moins de succès, de séduire différentes femmes de la maison, en même temps que la patronne de la boutique Mme Hédouin. À travers ses yeux, se découvre l'hypocrisie de la bourgeoisie. L'immeuble est comme "la marmite où mijotent les pourritures de la famille et les relâchements de la morale". Une dot promise et non payée, un détournement d'héritage, des adultères, rien n'est épargné au regard naïf puis désabusé d'Octave, qui y perdra ses illusions.

Mon avis 😒

Je n'ai pas du tout accroché à ce tome de la série. J'ai fait une pause de plusieurs mois avant de l'achever, où j'ai lu d'autres livres. Je m'y suis ennuyée car il ne se passe pas grand chose d'intéressant. Cela tourne autour d'Octave, ses débuts à Paris en tant que vendeur et les relations établies dans son immeuble où la pauvreté côtoie la bourgeoisie. Par contre, j'ai adoré certaines scènes très fortes comme l'accouchement discret de la pauvre Adèle à la fin du roman, les disputes et conversations très crues des filles employées par les familles bourgeoises...

Pot-Bouille
Repost 0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 17:48

💙 Ludinet.fr est un site qui propose pour les grands et les petits un univers de divertissements virtuels. C'est actuellement 14 068 jeux gratuits et coloriages à imprimer! Le site idéal pour passer du temps, éviter l'ennui en jouant, en coloriant ou encore en écoutant de la musique!

✔️ des jeux gratuits qui ne nécessitent ni téléchargement, ni inscription : Angry Birds, Ben 10, Mario, des jeux de réflexion comme des puzzles...

http://ludinet.fr/jeux/enfants/

http://ludinet.fr/jeux/enfants/

✔️ des coloriages pour tout public : dessins animés, super-héros ou animaux, plantes, objets plus quotidiens. Moi j'en ai trouvé tout plein comme je les aime!

http://ludinet.fr/coloriage-imprimer/adultes/
http://ludinet.fr/coloriage-imprimer/adultes/
http://ludinet.fr/coloriage-imprimer/adultes/

http://ludinet.fr/coloriage-imprimer/adultes/

✔️ des ateliers créatifs : des bricolages, des découpages ou des expériences scientifiques, des origamis, des tutos pour dessiner, des silhouettes...

http://ludinet.fr/origami-coccinelle/

http://ludinet.fr/origami-coccinelle/

✔️ une ludothèque : les meilleurs textes, contes, comptines et chansons, des classiques de Perrault, de Disney au générique de Goldorak ou des Chevaliers du Zodiaque!

💚 Vous voulez faire une surprise à vos enfants :

Allez vite sur Ludinet.fr !

Repost 0
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 07:28
Nana d'Émile Zola aux éditions Le livre de poche (1967)

Nana d'Émile Zola aux éditions Le livre de poche (1967)

Ce neuvième volume des Rougon-Macquart est une satire cinglante des hautes sphères perverties par une fête qui ruine le peuple et détruit les valeurs (1880).

 

- Résumé (500 pages environ)

Nana n'est autre que Anne Coupeau, fille de Gervaise Macquart et de Coupeau (L'assommoir).

Dans les dernières années du Second Empire, quand Nana joue le rôle de Vénus au Théâtre des Variétés, son succès tient moins à son médiocre talent d’actrice qu’à la séduction de son corps nu, voilé d’une simple gaze. Elle aimante sur scène tous les regards, comme elle attire chez elle tous les hommes : tentatrice solaire qui use de ses charmes pour mener une vie de luxure et de luxe, de paresse et de dépense.
Grâce à elle, c’est tout un monde que le romancier parvient à évoquer, toute une époque et tout un style de vie.

 

- Mon avis : très moyen.

Ce monde de luxure, de dévergondage et de débauche, où Nana brille et excelle, ne m'a pas particulièrement passionnée. Je me suis ennuyée tout du long, voyant venir et grandir une fin désastreuse pour tous ces hommes tombés sous son charme de Vénus blonde et grasse, comme Zola aime tant à le dire... Ceci dit, il est vrai que l'histoire se répète encore et que certains passages sont joliment écrits et détaillés, surtout les dernières pages où la narration s'accélère enfin

Nana
Repost 0
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 12:58
Une page d'amour

Huitième tome de la série Les Rougon-Macquart d’Émile Zola (1879).

 

- Résumé (400 pages environ)

Ce tome nous fait faire la connaissance d'Hélène, issue de la famille Mouret, le chapelier marié à Ursule Macquart et dont nous connaissons le frère Silvère (premier tome) et François (quatrième tome). A 17 ans, elle se marie avec Grandjean qui lui donne une fille, Jeanne, malheureusement d'une santé fragile et qui fait souvent des "crises". La famille monte à Paris où Grandjean meurt dès leur arrivée. Lors d'une crise que fait sa fille, Hélène rencontre le docteur Deberle, dont elle tombe amoureuse. La maladie de Jeanne s'agrave, marquée de l'éloignement affectif de sa mère pour un autre qu'elle.

 

- Mon avis : 4/5

Dans ce tome, on va retrouver un peu de cette passion amoureuse de l'abbé Mouret pour Albine, à travers celle d'Hélène et d'Henri, mais non plus dans les jardins de la campagne mais de Paris. D'ailleurs, l'auteur décrit souvent la ville et ses changements d'ambiance selon l'heure de la journée ou du temps. On y trouve surtout une description détaillée des troubles psychologiques de Jeanne, en proie à cette jalousie féroce, ne voulant pas partager sa maman avec qui que ce soit. Ce personnage mêle les troubles mentaux d'Adélaïde Fouque (son arrière grand-mère) et la faiblesse physique d'Ursule, sa grand-mère, morte de phtisie.

Une lecture rapide et agréable

 

L'arbre généalogique de ce huitième tome :

Une page d'amour
Repost 0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 07:47
L'Assommoir

Septième tome de la série Les Rougon-Macquart d’Émile Zola (1877).

 

- Résumé (570 pages environ)

Gervaise, deuxième fille née de Macquart et Joséphine, après Lisa (voir Le ventre de Paris), s'enfuit de Plassans avec Auguste Lantier et ses deux enfants Claude et Étienne et s'installe à Paris. Après avoir été lâchement abandonnée par Lantier, elle épouse Coupeau, un ouvrier-zingueur puis s’établit blanchisseuse à la Goutte d'Or. De cette union naît Nana (Anne Coupeau) mais l'accident de Coupeau marque le début d'une vie toute imbibée d'alcool, de misère et de déchéance totale.

 

- Mon avis : 5/5

C'est le Zola que j'aime avec son pathétique et sa verve éloquente. C'est une histoire terrible, crue et violente de la condition ouvrière du XIXème siècle dans un Paris changeant du Second Empire. Des ouvriers imbibés d'alcool et totalement perdus dans cette société qui les exploite sans solidarité aucune. Gervaise et Coupeau sont un exemple parmi d'autres, plus misérables encore ou un peu mieux lotis, mais quand même bien tristes.

Zola défend son œuvre : "J’ai voulu peindre la déchéance fatale d’une famille ouvrière, dans le milieu empesté de nos faubourgs. Au bout de l’ivrognerie et de la fainéantise, il y a le relâchement des liens de la famille, les ordures de la promiscuité, l’oubli progressif des sentiments honnêtes, puis comme dénouement la honte et la mort."

On peut dire qu'il y a parfaitement réussi.

 

L'arbre généalogique de ce septième tome:

L'Assommoir
Repost 0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 13:57
Son Excellence Eugène Rougon

Sixième tome de la série Les Rougon-Macquart d’Émile Zola.

 

- Résumé (400 pages environ)

Dans ce tome, Zola se consacre aux « coulisses politiques » du Second Empire, de 1856 à 1861. Eugène Rougon en est le personnage central et ses proches sont aussi des membres politiques : députés, hauts fonctionnaires, ministres...

Eugène Rougon, on le connait bien, il est présent dans la trame des précédents tomes. C’est tout d’abord le fils aîné de Pierre et Félicité Rougon. Son ascension politique est évoquée dans La Curée et la Conquête de Plassans en permettant à ses parents de s’emparer du pouvoir à Plassans (La Fortune des Rougon) et à son frère Aristide Saccard de s’enrichir par les spéculations immobilières de Paris (La Curée). Député des Deux-Sèvres sous la deuxième République, il contribue alors au coup d’état du 2 décembre 1851 de Louis Napoléon Bonaparte, puis entre au Sénat. Au début du livre, il est président du Conseil D’État.

 

- Mon avis : 3/5

Ce livre m’a ennuyée ferme, ce qui explique le temps horriblement long qu’il m’a fallu pour l’achever et le fait que j’ai entrecoupé sa lecture par d’autres ouvrages facilement plus intéressants.

Mais j’ai tenu bon et la fin m’a même quelque peu amusée, quand enfin il se passait un évènement intéressant dans la vie de cet Eugène Rougon ! Ce fameux retournement de situation lorsque, contre toute attente, l’Empereur a accepté sa démission et que tous ses « amis » avides de pouvoir lui ont tourné le dos! A la fin, Rougon se refait et récupère sa place de ministre, car il est, en somme, un être intelligent, talentueux en politique et bon orateur.

Il n’est pas nécessaire de faire un arbre généalogique pour ce tome car il n’y a rien de bien nouveau, d'autant qu'Eugène Rougon ne laisse aucun descendant.

Repost 0
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 11:24
La faute de l’abbé Mouret

Cinquième tome de la saga des Rougon-Macquart d’Emile Zola.

- Résumé (500 pages)

Serge Mouret est le prêtre d’un village pauvre, quelque part sur les plateaux désolés et brûlés du Midi de la France. Barricadé dans sa petite église, muré dans les certitudes émerveillées de sa foi, assujetti avec ravissement au rituel de sa fonction et aux horaires maniaques que lui impose sa vieille servante, il vit plus en ermite qu’en prêtre. A la suite d’une maladie, suivie d’une amnésie, il découvre dans un grand parc, le Paradou, à la fois l’amour de la femme et la luxuriance du monde. Une seconde naissance, que suivra un nouvel exil loin du jardin d’Eden.

 

- Mon avis (entre 4 et 5/5)

L’histoire est ordinaire, le prêtre étant dans le pêché par l’amour qu’il ressent pour la blonde Albine… mais la richesse et la poésie de l’auteur nous emportent quand même dans l’émerveillement pour ces jardins du Paradou où les deux amants connaissent leurs plus belles heures.

C’est un beau roman où la campagne et la nature sont à l’honneur, Zola s’en est donné à cœur joie dans les descriptions de la basse-cour de Désirée (mes préférées), de l’adoration de la Sainte Vierge par Serge, des jardins du Paradou et de l’éclatante sexualité printanière de la faune et de la flore rurales.

Un chef-d’œuvre qui évoque pour moi une rose qui s’épanouit

 

Et voici l'arbre généalogique, très simple, puisqu'il reprend en grosse partie les personnages évoqués dans le tome précédent.

La faute de l’abbé Mouret
Repost 0